Témoignage de Laurent, éducateur à l’AFIPH

L’intervention des clowns de l’association Les coulisses à ressorts à la MAS La Charminelle à Saint Egrève pour la fête de fin d’année de la structure a permis aux personnes en situation de polyhandicap ainsi qu’aux professionnels de l’établissement de vivre un réel instant de joie, de partage, de rire et d’émotions.

En effet, les handicaps lourds et complexes des résidants n’ont pas empêché les deux clowns d’entrer dans un lien établi avec douceur et délicatesse. Les clowns sont allés à la rencontre des résidants pour aller les trouver là où ils pouvaient être à leur aise (soit sur l’unité, soit dans leur chambre, soit dans le patio une salle commune) et ils ont su rapidement créer un échange personnel, individualisé mais aussi dans le collectif, et complètement ajusté au résidant, faisant preuve d’une grande adaptabilité. Le professionnalisme des clowns et leur sens de l’écoute, de l’observation pour adapter leur intervention n’a pas nécessité que les professionnels de la structure interviennent pour prévenir d’un quelconque comportement à adopter. La joie et la bonne humeur était vraiment au rendez-vous pour chaque intervention des clowns, aussi bien pour les résidants que pour les professionnels qui ont pu s’amuser de voir les pitreries, les acrobaties, les expressions, les improvisations, les postures, les rires des deux clowns.

Je finirai par un échange entre les clowns et une résidante Claire. Claire était angoissée depuis plusieurs jours et avait d’importantes vocalises exprimant ainsi son mal-être. L’intervention des clowns m’a agréablement surpris car ceux-ci se sont approchés en douceur vers Claire alors qu’ils n’avaient aucunes connaissances de sa problématique, qu’ils ne la connaissaient tout simplement pas, et les vocalises de Claire ont complètement diminuées voire disparues le temps de la présence à ses cotés des clowns. Un « dialogue » ou plutôt un partage, un échange, un lien s’est établit durant quelques instants. Un jeu a même pu s’instaurer à partir d’un geste réflexe de Claire. Les clowns ont pu interpréter à leur manière ce geste pour y mettre du sens, du jeu et ce geste « automatique s’est transformé magiquement en un geste qui prenait une signification dans le jeu, une signification drôle, une signification amusante, adaptée et plus un geste synonyme d’un mal -être, ou d’un geste habituel incontrôlé. Et j’ai pu voir durant quelques instants Claire avec un visage apaisée et un sourire a même embellit son visage ce que j’avais rarement observé chez cette résidante. C’était vraiment touchant et chouette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.